Le déchirement du coeur !

« … Revenez à moi de tout votre cœur, avec des jeûnes, avec des pleurs et des lamentations. Déchirez vos cœurs et non vos vêtements »   Joël 2 :12-13.

Shalom à tous. Je rends grâce à Dieu pour cette opportunité qu’IL  nous accorde ce jour pour pouvoir partager cette portion de Sa Parole avec vous.

Déchirer ses vêtements dans le sens spirituel exprime l’état extérieur d’une attitude de grande tristesse. C’est un fait, tout comme d’autres signes extérieurs, les émotions sont choses faciles à manifester et sont parfois hypocrites; mais éprouver un vrai repentir est beaucoup plus difficile, et par conséquent bien moins commun.

Voyons à quel point les hommes sont disposés à observer la plupart des règlements d’un cérémonial minutieux, car de telles choses sont plaisantes à la chair; mais la vraie religion est trop humiliante, parle trop au coeur, et s’adresse trop aux consciences.

Sachons que les règles extérieures sont temporairement confortables; l’oeil et l’oreille sont satisfaits; la vanité est nourrie, et la propre justice est exaltée: mais ils sont finalement illusoires. Il suffit d’observer aujourd’hui dans la majorité de nos demandes de pardon, elles sont plus proches d’une justification que d’un réel regret profond.

Ainsi, biens-aimé(e)s, sans une piété vitale, toute forme d’adoration de notre Seigneur est une comédie solennelle et une moquerie impudente de la majesté des cieux.

Le déchirement du cœur est divinement façonné et solennellement ressenti. C’est un chagrin intime qui est personnellement expérimenté, pas simplement dans sa forme, mais comme un profond travail du Saint-Esprit dans le cœur le plus profond de chaque croyant.

 Ce n’est pas une chose dont il doit être simplement parlé et qui doive être crue, mais une chose qui doit être éprouvée avec zèle et sensibilité par chaque enfant du Dieu vivant. C’est puissamment humiliant, et complètement efficace pour laver le péché.

Mais ensuite c’est une préparation agréable pour ces consolations profondes que les esprits fiers qui ne veulent pas s’humilier sont incapables de recevoir; et c’est ce qui distingue ceux qui appartiennent aux élus de Dieu, et eux seulement.

Le texte nous commande de déchirer nos cœurs, mais ils sont par nature durs comme du marbre: comment, alors, cela peut-il se faire? Nous devons les porter à la croix: la voix d’un Sauveur mourant a brisé autrefois les rocs, et elle a maintenant autant de puissance.

Ô Saint-Esprit, permet que nous entendions les cris de mise à mort de Jésus et nos cœurs seront déchirés de la même manière que les hommes déchiraient leurs vêtements le jour des lamentations.

 Adèle & Valentin MAKOMRA

3 réflexions au sujet de « Le déchirement du coeur ! »

  1. Merci pour ce partage de l’heure, Dieu vous bénisse encoire. Une seule prière pour moi par ce message  » Seigneur Jésus pardonne-moi pour tant de fois où j’ai méprisé ta mort et ton amour pour moi sur la croix, accorde-moi un coeur qui t’aime plus que tout, de toute mon âme, de toute ma pensée et de toutes mes forces « 

  2. À franchement parler, le déchirement de coeur, pour ma part, ne peut survenir dans la vie de celui qui croît en Dieu que, lorsque l’on craint véritablement Dieu et non les Hommes, a compris que la vie chrétienne repose sur l’amour d’autrui comme soi même.
    Tant que le chretien continuera à ne rien ressentir face à son frère en souffrance, dans le malheur, ou dans la joie, autrement dit à être indifférent, il ne pourra en aucun jour avoir un déchirement de coeur.
    Tant qu’il se plaît à ce que les autres aient les regards portés vers lui, il ne connaîtra jamais de déchirment de coeur.
    Le déchirement de coeur doit rabaisser, rendre humble et amener à aimer les autres en nous entraidant et non pas à s’exploiter les uns les autres.

  3. Effectivement, comme le Psalmiste l’a dit, « La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse;
    Tous ceux qui l’observent ont une raison saine… » 111:10. C’est justement par crainte de Dieu, Lui qui regarde dans la profondeur de nos cœurs et nos pensées, que nous pouvons effectivement avoir un vrai repentir, et aimer nos prochains comme nous-même. Be bless !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *