Veillez bien à faire provision d’huile


<< Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux…>> 
Matthieu 25:1

Les paraboles de Jésus ont pour rôle fondamental : exercer notre intelligence. Je pense que cette histoire des 10 filles fiancées de Jésus  n’est certainement pas pour que nous changions notre conception du mariage, mais c’est une façon pour Jésus d’annoncer d’une manière particulièrement forte que ce n’est plus avec un peuple ou l’humanité que Dieu fait alliance, mais individuellement avec chaque personne, une alliance basée sur l’amour et la fidélité. Les dix fiancées représentent donc des personnes qui ont déjà répondu à cet appel de Dieu. Toutes se préparent, attendent, espèrent sa présence. C’est pourquoi Jésus nous dit qu’elles font toutes les dix parties du Royaume de Dieu par leur foi (leur espérance de Dieu, leur attente de sa venue dans leur existence).

Avec cette parabole, Jésus nous montre qu’il existe dans notre vie une chose essentielle encore à la foi, une chose dont il est urgent de faire provision quand on le peut encore. Cette chose, nous dit Jésus, c’est comme l’huile pour une lampe.

Cette bénédiction de Dieu qu’évoque ici l’huile, c’est comme une bonne santé, c’est une bonne forme spirituelle et ce que ça apporte. C’est une tête qui a l’habitude d’observer et de réfléchir, c’est de l’espérance dans le cœur, c’est une capacité à aimer, à pardonner, c’est une vraie bonne relation avec Dieu, construite peu à peu à force de penser à lui, de lui ouvrir notre cœur, à force de l’aimer et de le remercier comme celui qui nous donne la vie. C’est le carburant de notre espérance, de notre attente.

Le problème, c’est que dans les temps présents  où notre vie est assez facile, il nous semble qu’approfondir encore notre foi ne serait pas tellement une priorité. Notre foi est là, dans un coin de notre être, apportant sa part de bonheur et de vie, et cela suffit. Cela semble suffire, et c’est vrai à ce moment-là. Le problème, c’est que si la nuit tombe et qu’elle dure un peu plus qu’une courte éclipse, si nos réserves de foi, d’espérance et d’amour sont un peu juste on se retrouve comme sans lampe en plein milieu des ténèbres. C’est à ce moment-là que l’on a besoin d’avoir une réserve de ces dons de Dieu pour nous éclairer et nous réchauffer, c’est à ce moment-là que l’on aimerait pouvoir accueillir la présence et le soutien de Dieu. Le problème c’est que dans ces moments-là nous avons du mal à développer notre foi au milieu de révoltes, de souffrances, de préoccupations terribles…

Il est essentiel de faire provision de réserves spirituelles qui nous permettront d’avancer aujourd’hui et d’accueillir Dieu plus facilement en cas des situations difficiles et surtout le jour où il reviendra. Jésus nous appelle à veiller. Veiller, c’est se laisser délibérément construire aujourd’hui par les dons de Dieu. Veiller, nous dit ici Jésus, c’est faire provision d’huile, provision de l’huile que Dieu sans cesse nous offre, par ses bénédictions quotidiennes que parfois nous ne voyons et ne reconnaissons même pas.

Mon frère, ma sœur, puisse-tu à travers ta relation personnelle avec Christ, faire provision d’huile pour attendre ton Seigneur, ton époux.

Adèle et Valentin Makomra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *