Persévérance : Victoire sur le monde et le mal de ce monde et atteinte de nos objectifs.

« C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus. » 

Apocalypse 14 : 12

En ce temps de la mondialisation, les médias nous montrent  comment les hommes sont presque constamment confrontés à des calamités, que ce soit par les crimes, les trafiques de drogue, la guerre, la corruption, les événements climatiques, les religions hostiles, etc… En faisant cela, les médias alimentent la peur. En contraste net avec la peur, nous avons les paroles pures et simples de Jésus qui nous encouragent à garder les commandements de Dieu et la foi qui est en Jésus.

La persévérance n’est pas facile. Face à ces épreuves, ces défis, ces difficultés, beaucoup adoptent les attitudes de peur et de convoitise du monde. Et même les croyants peuvent involontairement adopter ces attitudes. Satan peut nous attaquer et nous pouvons ne pas le voir. Il veut nous intimider, nous effrayer, nous  décourager, nous freiner ; soit  par du chantage ou des menaces.

Satan nous intimide pour que nous restions tranquilles et qu’il n’y ait pas d’activités pour l’Evangile parce qu’il est jaloux des croyants et du plan de Dieu pour nous restaurer et nous exalter.  Satan agit par pure malveillance. Il connait les Ecritures et il sait que ses jours sont comptés. Il peut nous charger notre cœur avec de l’idolâtrie (voir Colossiens 3 : 5-7 ; Ephésiens 5 : 5 et Philippiens 3 : 18-19). Toute idolâtrie est une attaque contre le droit exclusif de Dieu à notre amour et à notre confiance. La différence avec  l’idolâtrie de l’Ancien Testament (y compris celle des autres religions) est qu’elle trouve une expression physique dans les images alors que le Nouveau Testament révèle que l’idolâtrie est dans les attitudes et même du cœur. L’idolâtrie peut être comme un poids, un fardeau qui éloigne de Dieu les croyants alors que nous foulons le chemin de la vocation céleste de Dieu en Christ Jésus (Philippiens 3 : 14).

La persévérance mène à une vie sainte.  Je crois qu’une obsession malsaine du divertissement est l’une des idoles d’aujourd’hui. Beaucoup d’auteurs chrétiens mentionnent qu’ils choisissent délibérément de regarder un minimum de télé, si encore ils la regardent. La bénédiction du Seigneur suit.

Toute la mondanité ne se résume pas à la télé et ce serait légaliste de faire une liste des émissions télévisées ou des habitudes que les croyants doivent éviter mais l’Ecriture donne des lignes de conduites claires sur les attitudes selon le monde et il est attendu de nous que nous ayons du discernement. 1 Jean 2 : 15-17 dit qu’il y a trois domaines majeurs dans lesquels nous pouvons être en proie à la tentation d’aimer le monde et tous sont contraires à l’amour de Dieu : – la convoitise de la chair ; – la convoitise des yeux ; – l’orgueil de la vie.

La convoitise est le fait d’avoir un désir ou un besoin intense. Notre plus intense désir devrait être en communion avec Lui. Au contraire la télévision peut nous distraire par d’intenses désirs selon le monde :

Attitudes mondaines: Exemples venant de la télé
L’orgueil de la vie (style de vie) Publicité permanente pour des articles dont nous n’avons pas besoin (menant au matérialisme)
La convoitise des yeux Bombardement d’images sensuelles, mauvaises et de pratiques sexuelles menant à la convoitise, à l’avidité et à l’envie
La convoitise de la chair Assouvissement des désirs, amour démesuré du travail, mauvais comportements et puissants désirs de prospérité et de succès et immoralité sexuelle

 Donner au Seigneur la place qui Lui revient veut dire que nous fuyons ces attitudes.

Soyez Bénis en Jésus-Christ.

Valentin Makomra

Veillez bien à faire provision d’huile


<< Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux…>> 
Matthieu 25:1

Les paraboles de Jésus ont pour rôle fondamental : exercer notre intelligence. Je pense que cette histoire des 10 filles fiancées de Jésus  n’est certainement pas pour que nous changions notre conception du mariage, mais c’est une façon pour Jésus d’annoncer d’une manière particulièrement forte que ce n’est plus avec un peuple ou l’humanité que Dieu fait alliance, mais individuellement avec chaque personne, une alliance basée sur l’amour et la fidélité. Les dix fiancées représentent donc des personnes qui ont déjà répondu à cet appel de Dieu. Toutes se préparent, attendent, espèrent sa présence. C’est pourquoi Jésus nous dit qu’elles font toutes les dix parties du Royaume de Dieu par leur foi (leur espérance de Dieu, leur attente de sa venue dans leur existence).

Avec cette parabole, Jésus nous montre qu’il existe dans notre vie une chose essentielle encore à la foi, une chose dont il est urgent de faire provision quand on le peut encore. Cette chose, nous dit Jésus, c’est comme l’huile pour une lampe.

Cette bénédiction de Dieu qu’évoque ici l’huile, c’est comme une bonne santé, c’est une bonne forme spirituelle et ce que ça apporte. C’est une tête qui a l’habitude d’observer et de réfléchir, c’est de l’espérance dans le cœur, c’est une capacité à aimer, à pardonner, c’est une vraie bonne relation avec Dieu, construite peu à peu à force de penser à lui, de lui ouvrir notre cœur, à force de l’aimer et de le remercier comme celui qui nous donne la vie. C’est le carburant de notre espérance, de notre attente.

Le problème, c’est que dans les temps présents  où notre vie est assez facile, il nous semble qu’approfondir encore notre foi ne serait pas tellement une priorité. Notre foi est là, dans un coin de notre être, apportant sa part de bonheur et de vie, et cela suffit. Cela semble suffire, et c’est vrai à ce moment-là. Le problème, c’est que si la nuit tombe et qu’elle dure un peu plus qu’une courte éclipse, si nos réserves de foi, d’espérance et d’amour sont un peu juste on se retrouve comme sans lampe en plein milieu des ténèbres. C’est à ce moment-là que l’on a besoin d’avoir une réserve de ces dons de Dieu pour nous éclairer et nous réchauffer, c’est à ce moment-là que l’on aimerait pouvoir accueillir la présence et le soutien de Dieu. Le problème c’est que dans ces moments-là nous avons du mal à développer notre foi au milieu de révoltes, de souffrances, de préoccupations terribles…

Il est essentiel de faire provision de réserves spirituelles qui nous permettront d’avancer aujourd’hui et d’accueillir Dieu plus facilement en cas des situations difficiles et surtout le jour où il reviendra. Jésus nous appelle à veiller. Veiller, c’est se laisser délibérément construire aujourd’hui par les dons de Dieu. Veiller, nous dit ici Jésus, c’est faire provision d’huile, provision de l’huile que Dieu sans cesse nous offre, par ses bénédictions quotidiennes que parfois nous ne voyons et ne reconnaissons même pas.

Mon frère, ma sœur, puisse-tu à travers ta relation personnelle avec Christ, faire provision d’huile pour attendre ton Seigneur, ton époux.

Adèle et Valentin Makomra