Pèses-toi toi-même !

« Pesé :  Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger »  

 Daniel 5:27

 Il est bon de nous peser nous-mêmes régulièrement sur l’échelle de la Parole de Dieu. Nous ferons un Saint exercice en lisant par exemple quelques Psaumes de David et, tout en méditant sur chaque verset, nous pourrons nous poser la question: « Puis-je dire : Ai-je ressenti ce que ressentait David? Mon cœur a-t-il jamais été brisé en raison du péché, tel cela fut le cas lorsqu’il a écrit ses psaumes de pénitence? Mon âme a-t-elle été remplie de confiance à l’heure de la difficulté comme fut la sienne quand il chanta la miséricorde de Dieu dans la caverne ou dans les forteresses ? Elevais-je alors la coupe du salut, invoquais-je le nom du Seigneur? » Alors tournons-nous vers Christ, interrogeons-nous, voyons comme nous sommes éloignés de sa ressemblance. Efforçons-nous de découvrir si nous avons de la douceur, de l’humilité, l’esprit aimable qui constamment le caractérisait et qu’Il démontrait.

 Prenons aussi les épîtres et regardons si nous pouvons marcher avec l’apôtre selon son expérience. Nous sommes-nous écriés, comme il l’a fait: « misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? » Avons-nous ressenti comme lui notre abaissement? Avons-nous un jour éprouvé le sentiment d’être le premier des pécheurs? Et le moindre de tous les Saints? Avons-nous connu quelque chose de sa dévotion? Pouvons-nous nous joindre à lui et dire: « Pour moi vivre c’est Christ, et la mort m’est un gain »?

Si nous lisons ainsi la Parole de Dieu comme un contrôle de notre condition spirituelle, nous avons de bonnes raisons de nous arrêter plus d’une fois et de dire: « Seigneur, j’ai le sentiment de n’avoir pas fait ce qu’il fallait, Ô conduis-moi! Donne moi la vraie repentance telle que je la découvre dans ta Parole, donne moi la vraie foi, donne moi d’être bouillant, enflamme moi d’un amour plus fervent, accorde moi la grâce de la douceur, fais moi davantage ressembler à Jésus. Que je ne sois pas plus longtemps trouvé trop léger, au moment d’être pesé sur la balance du Sanctuaire. Que je ne sois pas trouvé trop léger dans les échelles du jugement.

« Juge-toi toi-même afin de ne pas être jugé ».

Bonne semaine en Jésus Christ

Valentin Makomra adapté de Spurgeon

La vraie liberté

« Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. »

Jean 8.36

Lorsqu’on est déchargé d’un fardeau physique, l’on se sent léger, libre de ses mouvements et l’on est bien évidemment content, ou alors soulagés ; il en est de même des fardeaux intérieurs qui nous accablent au dedans de nous-mêmes, que parfois nous sommes les seuls à connaitre et qui n’en causent pas moins des dégâts énormes dans nos vies, bien plus que ne pourraient le faire les fardeaux physiques. Ces entraves qui nous empêchent de connaitre pleinement le mot liberté, Christ les as portés à la croix pour nous. Tout ce qu’un être humain porte comme iniquités, méchancetés, meurtres, doutes, préjugés, mépris de soi-même et d’autrui, manque de confiance en soi, hérédités, malédictions, infirmités, bref tout ce qu’à un moment ou à un autre de sa vie il porte comme un poids qui l’empêche d’être heureux ou même d’envisager la paix avec lui-même, avec les autres et avec Dieu, la Bible nous affirme et nous rassure que Christ veut et peut vraiment nous en décharger. La liberté réelle est donnée par le Fils de Dieu, Jésus Christ. Par Sa mort et Sa résurrection, Jésus a remporté la victoire totale sur tout ce que l’ennemi  pourrait encore trouver dans nos vies pour nous tenir en esclavage.

 Quand quelqu’un vient à Christ en déposant sincèrement tous ses fardeaux tel qu’il est prescrit dans Matthieu 11.28, il devient alors effectivement libre parce que déchargé de ses entraves et capable d’accéder à la communion avec Dieu, d’entrer pleinement dans le plan que ce dernier a prévu pour sa vie. Comme on le constate, la vie chrétienne n’est pas une limite à la liberté, c’est au contraire le début de la liberté, l’entrée dans la liberté réelle.

 Donc, la liberté dans son sens le plus complet nous ramène forcement à Dieu qui est le créateur et la mesure de toutes choses. La liberté, c’est de pouvoir être prêt à vivre dans la joie et la paix profonde, parce que nous savons avec assurance que l’Eternel est désormais au contrôle de nos vies. J’ai fait cette expérience de déposer aux pieds du Christ, mes fardeaux et mes problèmes quotidiens pour en être affranchie et libérée. Veux-tu aussi essayer ? Tu ne le regretteras surement pas !  

Excellente semaine en Jésus.

Adèle MAKOMRA

Justifié et glorifié par le Seigneur

« Et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. »

Romains 8:30

Voici une précieuse vérité pour toi chrétien(ne). Tu peux être pauvre, dans la souffrance, ou inconnu, mais pour ton encouragement fais une revue de ton « appel au Seigneur » et les conséquences ou l’espérance qui s’y rattachent et spécialement ce résultat béni dont il est parlé ici. Comme tu es sûrement enfant de Dieu aujourd’hui, aussi sûrement toutes tes épreuves arrivent bientôt à leur terme, et tu seras enrichi de tous tes désirs de bénédictions. Attends un peu, et cette tête épuisée portera la couronne de gloire, et cette main laborieuse saisira la palme de la victoire. Ne te lamente pas sur tes malheurs, mais plutôt réjouis-toi qu’avant longtemps tu seras où il n’y aura ni tristesse, ni cris, ni non plus de douleurs. Les chars de feu sont à la porte et un instant suffira pour te porter avec les glorifiés. Le cantique éternel est presque sur tes lèvres. Les portes du ciel se tiennent ouvertes devant toi. Ne pense pas que tu peux manquer d’entrer dans le repos. S’il t’a appelé, rien ne peut te séparer de son amour. La détresse ne peut pas trancher le lien, le feu de la persécution ne peut pas brûler le maillon; le marteau de l’enfer ne peut pas briser la chaîne. Tu es en sécurité; cette voix qui t’a appelé au commencement, t’appellera encore de la terre pour le ciel, de l’obscurité des ténèbres de la mort aux splendeurs ineffables de l’immortalité; repose assuré, le cœur de celui qui t’a justifié bat avec un amour infini pour toi. Tu seras bientôt avec les glorifiés, où est ton partage, tu attends seulement ici à être rendu digne d’entrer dans ton héritage, et ceci accompli, les ailes des anges te pousseront au large, vers la montagne de la paix, et de la joie, et la béatitude.

Soit béni en Jésus-Christ

Renouveler ses Forces pour une marche chrétienne victorieuse

« Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent; Ils prennent le vol comme les aigles; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point. »

Esaie 40V29-31

Il arrive des moments dans la marche chrétienne où tout semble ne pas aller donnant l’impression que Dieu est loin de nous ou nous a oubliés. On a beau prier pour un problème, une situation mais pas de réponse, les choses ne font que sempirer. La fatigue gagne notre et le découragement sinstalle. On pourrait bien se poser la question si les promesses  de Dieu sont vraiment réelles !
Dieu est omniscient ! Il donne la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Voilà une parole qui nous rassure que lorsque nous  passons par des moments les plus sombres de notre vie, nous pouvons continuer à adorer et faire confiance à Dieu.
L’aigle est l’un des oiseaux les plus puissants du monde animal, son vol est impeccable et spectaculaire. Sa vitesse dans le ciel et la capture de sa proie sont tout aussi extraordinaires. Et Dieu nous dit quil va renouveler nos forces pour que nous prenions du vol comme des aigles. pas merveilleux ça ?
Es tu fatigué ? Es tu dans la défaillance ? Le Seigneur peut renouveler tes forces et te donner de courir sans te lasser, de marcher sans point te fatiguer. C’est ça promesse pour nous, pour une vie chrétienne victorieuse !

Frère KOBA Josué

Que seule la Providence de Dieu nous conduise en toute chose.

« Et David consulta de nouveau l’Eternel, qui lui dit : « Ne les attaque pas d’ici ! Va te placer sur leurs arrières et approche toi d’eux aux abords de la forêt de micocouliers. »

2Samuel 5 : 23a.

Quand David consulta l’Eternel, il venait de combattre les Philistins, et avait remporté une éclatante victoire. Les Philistins étaient venus avec une grande armée, mais, avec l’aide de Dieu, David les avait facilement dispersés. Notez toutefois que quand ils sont revenus à la charge une seconde fois, David n’est pas monté à la bataille sans consulter l’Eternel. Il avait été victorieux la fois précédente, et il aurait pu se dire, comme beaucoup dans d’autres situations, « je serai de nouveau victorieux. Je n’ai pas à m’inquiéter car j’ai l’assurance que si j’ai eu la victoire la dernière fois, je triompherai encore cette fois-ci. Pourquoi donc devrais-je m’attarder à rechercher la volonté du Seigneur? » Mais David n’en fit rien. Il avait remporté une bataille par la force de l’Eternel, mais il ne s’aventura pas dans une autre bataille sans avoir acquis la même assurance que Dieu était avec lui. Il consulta de nouveau l’Eternel: « Dois-je monter contre eux? » Il attendit jusqu’à ce que Dieu lui donne un signe. Faites donc comme David, et ne faites pas un pas sans la volonté de Dieu.

Ami chrétien, si tu veux diriger sûrement ta barque à travers les flots agités, remets la barre entre les mains du Tout-Puissant. Si nous laissons notre Père prendre la barre en mains, nous échapperons à bien des écueils, et bien des bancs de sables mouvants seront évités si nous nous abandonnons à Sa Volonté. Certains chrétiens disaient autrefois « tant qu’un enfant de Dieu sculpte lui-même, il peut être sûr de s’entailler les doigts. » C’est une grande vérité. Celui qui ne sait pas attendre la Providence de Dieu ne peut qu’errer comme un insensé. Nous devons montrer que seule la Providence de Dieu nous conduit; et si la Providence tarde, attendez jusqu’à ce qu’elle se manifeste. Celui qui devance la Providence est condamné à rebrousser chemin.

« Je t’instruirai, et je te montrerai la voie que tu dois suivre, » telle est la promesse de Dieu faite à Son peuple.

Alors, apportons-Lui tous nos problèmes, et disons « Seigneur, que veux-tu que je fasse? » Ne quitte pas ta chambre ce matin sans consulter l’Eternel.

Valentin Makomra adapté de Spurgeon