L’ISTK a produit sa quatorzième promotion de pasteurs au bout de quatre années de formation

 L’institut a produit sa quatorzième promotion de pasteurs au bout de quatre années de formation.
37 nouveaux pasteurs sortent de l’Institut supérieur de théologie
La grande pluie qui s’est abattue cette matinée du 12 mai 2012 dans le chef-lieu du département du Mayo-Kani, n’a en rien entamé la volonté des nombreuses familles venues assister à la sortie solennelle de leurs fils, de l’Institut supérieur de théologie de Kaélé (Istk). A l’occasion de la sortie de la 14e promotion du cycle baccalauréat, la bourgade de Djidoma où il est installé depuis 1958, a accueilli de nombreux invités, venus soutenir les nouveaux pasteurs. Ils sont en effet 37 lauréats, dont 33 de l’Eglise Fraternelle Luthérienne du Cameroun (Eflc), 03 de l’Eglise Evangélique Luthérienne au Cameroun (EELC) et 01 de l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC), à avoir reçu leurs parchemins ce jour.
Cette sortie a été l’occasion pour le directeur de l’Istk, Dr. Samuel Dawaï, de rappeler que « pendant quatre années pleines, ces étudiants ont reçu des enseignements de qualité par des enseignants rompus à la tâche malgré les difficultés financières qu’a connues très souvent l’Eglise ». « Vous voici enfin arrivés, l’horizon tant scruté est enfin là. Mais c’est le commencement de la course. C’est le lancement d’une longue course. Vous ne la gagnerez qu’en ayant les yeux fixés sur celui qui vous a appelés à son service. N’abandonnez jamais ! », a-t-il ajouté à l’endroit des nouveaux pasteurs.
Pour le président de l’Eglise fraternelle luthérienne du Cameroun, le révérend Robert Goyek, qui s’est également adressé aux nouveaux pasteurs, « aujourd’hui le centre de la mission s’est déplacé du nord au sud, c’est-à-dire du monde occidental au monde du sud du globe terrestre ». «Plus que jamais nous sommes interpellés à nous engager dans cette mission. Ainsi donc nous sommes appelés à éduquer et former la jeunesse, les hommes et les femmes et les universitaires pour leur responsabilité chrétienne et citoyenne afin d’être utile à la société et à la nation. Nous devons les amener à cultiver l’esprit de la justice et de la paix ; à promouvoir l’esprit de la cohabitation pacifique entre les religions dans une société qui aspire à son développement», a-t-il rappelé. En sa qualité de président du Conseil des églises protestantes du Cameroun (Cepca), le révérend Robert Goyek a indiqué que « le souci de l’Eflc et des autres Eglises protestantes membres du Cepca est d’avoir des institutions capables de relever le niveau d’éducation de leurs ouvriers, afin d’être mieux équipés pour servir le peuple de Dieu et la nation toute entière. C’est pour cela que l’Eflc vient d’ouvrir l’Institut Supérieur de Théologie et qui peut recevoir les candidats des Eglises membres du Cepca ».
L’Institut supérieur de Kaélé a ouvert ses portes en 1956 à Mogodé dans le Mayo-Tsanaga, avant d’être transféré à Garoua en 1957, puis à Djidoma Kaélé en 1958. Il est tour à tour passé de l’appellation Ecole biblique centrale à Ecole de théologie en 1970. En 2011, après plusieurs années de réflexion, l’Eglise fraternelle luthérienne du Cameroun décide de l’ériger en Institut supérieur de théologie, avec l’ouverture effective d’un cycle de licence en théologie.

David Wanedam

2 réflexions au sujet de « L’ISTK a produit sa quatorzième promotion de pasteurs au bout de quatre années de formation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *