Regardons aux choses invisibles

«  Parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles »

2Corinthiens 4:18

Le numéro 261 dans le recueil ‘chants de victoire’ est un cantique connu dans toutes nos communautés et qui dit dans ses première strophes :

Oh ! quel beau jour, où devant Ta face, Tous les rachetés apparaitront, En célébrant Ta gloire et Ta grâce ! De leurs chants es cieux retentiront.  Nombreux comme le sable des plages ! Oh ! que ce sera beau lorsque nous irons là haut, Aussi nombreux que le sable des plages !

 Ces paroles qui préfigurent le jour du Seigneur et le rassemblement de tous les enfants de Dieu devant la face de l’Eternel peuvent nous sembler tellement abstraites et le plus souvent, nous les chantons sans y penser, sans faire attention à chacune des paroles que nous prononçons (et qui sont des affirmations), en ne prêtant parfois l’oreille qu’au rythme et à la mélodie qui y sont associées.

 La Bible nous dit pourtant clairement que le jour du Seigneur, ce jour grand et glorieux, viendra (Actes 2 :20 ; 2 Pierre 3:10, 2 Corinthiens 1:14), de même que seront réalisées dans nos vies par la foi, les promesses qui ont été faites aux enfants de Dieu et qui sont leur partage à cause de la fidélité du Seigneur : Promesses de paix (Phil 4:7), promesses de bonheur (Ps 23:6)  pour ne citer que celles là.

 Pour saisir à notre actif ce futur selon Dieu, il nous faut poser chaque jour, un acte majeur de foi : regarder aux choses invisibles, à celles qui sont éternelles. En d’autres termes, travailler à notre salut en avançant dans l’espérance.

En tant que chrétien, nous nous devons donc de regarder en avant car c’est dans l’avenir que réside la Couronne et celle-ci, que nous n’avons pas encore vu mais que nous espérons par la foi, nous l’obtiendrons en travaillant chaque jour à notre salut. Le futur doit être l’objet de l’attention de l’oeil de la foi du chrétien. En regardant dans le futur selon Dieu, nous voyons le péché ôté, la mort détruite, l’âme devenue parfaite et prête à paraitre devant la face de l’Eternel en compagnie des autres rachetés. En regardant encore à ces choses invisibles mais promises,  l’oeil du croyant peut envisager avec allégresse la vie dans la cité céleste. Il peut se voir lui-même entrer à l’intérieur des parvis célestes, rencontrer Jésus couronné de gloire et assis avec le Père sur le trône.

Par la foi, Il ne s’agit pas de choses improbables et abstraites, il s’agit de choses que la Bible affirme et pour lesquelles des précurseurs comme l’apôtre Paul ont combattu toute leur vie.

Les joies du Ciel compenseront sûrement nos peines, nos chagrins vécus sur la terre. Alors, quand le doute pointe dans nos cœurs, quand le chemin nous semble être exagérément difficile ou quand le monde nous donne l’impression d’être ridicules dans notre espérance, souvenons-nous  que : les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles en nous appropriant 2 corinthiens 4 : 18.

Nous avons l’habitude de dire que la vie est courte ; c’est vrai, mais on oublie souvent d’ajouter que l’éternité est longue, très longue même! Alors, pourquoi ne pas aujourd’hui, durant le temps de la vie, s’amasser pour l’avenir, pour l’éternité, un trésor placé sur un fondement solide, à savoir Jésus,  afin de saisir la vie véritable, celle où Tous les rachetés apparaitront, Nombreux comme le sable des plages, et De leurs chants les cieux retentiront à la gloire de Dieu.

Il ne faudra vraiment pas que nous rations quelque chose de si exceptionnel en négligeant aujourd’hui, l’opportunité du salut eternel à travers le Sang de Jésus versé pour notre rédemption.

  Souvenons nous de l’exhortation de Paul et  regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. (2Cor 4:18). 

Excellente semaine en Jésus et que Dieu vous bénisse.

Adèle MAKOMRA

Je suis à Christ ! une expression de prise de position.

« Tout est à vous; et vous êtes à Christ, et Christ est à Dieu. Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu. »

1 Corinthiens 3 :23 ; 4 :1.

Nous qui  sommes à Christ, Nous le sommes par grâce et par un don gratuit, car le Père nous a donnés au Fils. Lui-même qui, par son rachat à travers son sang, a payé le prix de notre rédemption et  par sa consécration, nous a consacrés à Lui en faisant de nous ses frères, sœurs  et ses cohéritier(e)s.

Ainsi  toi Chrétien,  travaille et montre  au monde que tu es le serviteur, l’ami de Jésus.

Lorsque tu es tenté de pécher, dis-toi :  » je suis à Christ, je ne peux pas faire ça ! »  Cette prise de position t’empêchera en tant que ami de Christ, de pécher.

Lorsque la richesse est devant toi, prête à être gagnée mais par des moyens entourés de péchés et de compromission, dis-toi : « je suis à Christ, et je ne touche  pas à cela ! ».

Face à des difficultés et des dangers, passe  ces jours sombres, en te souvenant que tu es à Christ.

Peut être que tu te retrouves  là où les autres sont assis paresseusement, ne faisant rien? Mets toi à l’œuvre avec toute la puissance dont tu  disposes en tant que Chrétien ; et quand bien même tu serais  tenté de flâner, dis-toi : « Non, je ne peux pas m’arrêter, car si je n’avais pas été racheté par le sang de Christ, je serais peut-être semblable à eux. Moi, je suis à Christ, et je me dois de racheter le temps et d’exceller dans ce que je fais. »

Face à la séduction, aux attractions mondaines de ce siècle dont l’objectif est de te détourner du droit chemin, dis-toi :  » je suis à Christ. »

Quand la cause de Dieu t’invite, dispose-toi  toi-même et tes biens, car tu es à Christ.

Sois toujours un de ceux qui sont fermes dans les principes chrétiens, qui savent prendre position face aux situations, l’un de ceux dont les paroles, la conduite et les conversations glorifient le nom du Seigneur.

Que tous ceux qui te voient puissent savoir que tu es du Christ, reconnaissant en toi, ses caractéristiques d’amour et sa sainteté.

Que cette expression  « Je suis à Christ ! » nous rappelle et nous permette à chaque instant de notre vie, de faire le bon choix.

 Excellente semaine en Jésus.

Adèlle & Valentin MAKOMRA

la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu

« … Que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère; Car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu. »

Jacques 1 : 19-20.

D’une manière générale, aucune personne n’aime volontairement se mettre en conflit avec son prochain ou se disputer. Cela apporte beaucoup de douleur, d’incompréhension et de colère. Cela nous fait intérieurement du mal et peut même influencer nos rapports avec les autres. Pourtant, il nous arrive parfois d’avoir ou d’être des sources de conflits de toutes sortes, d’accusations fondées ou non, de problèmes de « kongossa » etc. En tant qu’enfant de Dieu, comment nous y prendre pour les régler?

En tout premier lieu, nous devons développer notre capacité à écouter les autres. La Bible à travers ce verset, nous rappelle que tout homme doit être prompt à écouter. On peut parfois manquer de quoi donner à notre prochain, mais soyons prompt à l’écouter, à lui consacrer un peu de notre temps et une oreille attentive. Le texte ne nous dit pas de ne pas parler, mais plutôt de ne pas nous précipiter pour parler. Nous devons éviter les paroles vaines, les paroles vides de sens. Souvenons nous que Dieu jugera les hommes pas seulement pour les mauvaises paroles, mais également pour les paroles inutiles qu’ils auront prononcées,(Mt 12:36). Ce n’est pas un fruit de l’Esprit que de se mettre à dire des choses qui dépassent nos pensées lorsque nous sommes dans des situations de conflits. Il s’agit ici d’avoir des attitudes de sagesse que le Seigneur nous prescrit car, même selon les canons du monde et de la morale, celui qui parle peu et qui écoute beaucoup est nettement plus apprécié. Notre Dieu ne nous rend-t-il pas plus excellents que les moralistes, par Jésus que nous confessons dans nos vies et par ses commandements exprimés à travers la Parole ? Alors, Pourquoi donc n’appliquerions-nous pas dans nos vies cette exhortation de Jacques 1 : 19-20 ?

Appliquons nous donc bien-aimés, à développer par le secours du Saint Esprit, des attitudes d’écoute, de compassion et de pardon afin d’accomplir la justice de Dieu parce que notre colère, aussi fondée soit-elle, n’accomplit pas la justice de Dieu. Ni même son témoignage en nous. Appliquons nous à rester vigilants afin que Satan ne puisse pas se servir de nos sautes d’humeur, nos bouderies, fâcheries et excès de langages pour ouvrir des brèches qui nous ferons retomber dans la boue d’où JESUS nous a tiré. « Eph 4:26  Si vous vous mettez en colère, ne péchez point ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère »

Excellente semaine et plein de bénédictions au nom de JESUS. 

Adèle Makomra

Cérémonie de remise de diplômes aux étudiants finissant du Cycle de Baccalauréat en théologie, ce Samedi 12 mai 2012

Eglise fraternelle luthérienne du Cameroun, INSTITUT DE THEOLOGIE, Djidoma BP 25 Kaélé

 COMMUNIQUE

Le directeur de l’Institut de théologie, de l’Eglise fraternelle luthérienne du Cameroun à Djidoma Kaélé, informe les pasteurs et fidèles de la dite Eglise et le public de Kaélé que la cérémonie de remise de diplômes aux étudiants finissant du Cycle de Baccalauréat en théologie, aura lieu le Samedi 12 mai 2012 à Djidoma Kaélé dès 8 heures précises.

 Kaélé, le 30 avril 2012

 Le Directeur,   Rev Dr Samuel Dawai

Résultats du Concours pour le recrutement des élèves en 1ère année du Cycle de Baccalauréat en Théologie à l’ITK

Note de service n°….portant publication du résultat du Concours pour le recrutement des élèves en 1ère année du Cycle de Baccalauréat en Théologie à l’Institut de Théologie de Kaélé

 Le président de l’Eglise,

 Vu la Constitution de l’Eglise Fraternelle Luthérienne du Cameroun (Règlement Intérieur, art.68, alinéa 3)

Vu le Procès Verbal de la délibération du 25 avril 2012 à Djidoma Kaélé,

 décide :

 Les candidats dont les noms suivent et classés par ordre alphabétique, sont déclarés définitivement admis au concours du 17 avril 2012, pour le recrutement de 35 élèves en 1ère année du Cycle de Baccalauréat en théologie à l’Institut de théologie de Kaélé, pour l’année académique 2012-2013.

Il s’agit de :

  1. Aguidjira Clément
  2. Akassou Liha Jean
  3. Assiminga Bara Robert
  4. Atrounkaye Silas
  5. Baidi
  6. Bédi Henri
  7. Dalil Sanda
  8. Déli Yohanna Yohanna
  9. Dissane Djakari Woudjakane Jean
  10. Djoda
  11. Doba Gabriel
  12. Gaou Natanael
  13. Halirou Etienne
  14. Hepsia Ruben
  15. Litassou Pierre
  16. Mamoudou
  17. Mersia Mahagna
  18. Monglo Simon
  19. Oumarou Moïse
  20. Ousmane Néné
  21. Pahaye Roger
  22. Pale Paul
  23. Paubedné Alphonse
  24. Rotou Jossouwa
  25. Saïdou Ngassala
  26. Sali Jacob
  27. Savaïssou Marcel
  28. Silbilkaï Sache
  29. Tché-Tché Thomas
  30. Tinkreo Simon
  31. Tize Yohanna
  32. Wangnamou Justin
  33. Yang Blouss
  34. Yougouda Djibrilla
  35. Zoli Baidi

 Liste d’attente

  1. Haman Kaya Albert
  2. Kiddou Mamaï
  3. Mayabou Pierre
  4. Ousman Danpete Augustin
  5. Souwa Faustin
  6. Vondou Tizi
  7. Watiaka André

 Fait à Garoua, le 26 avril 2012

 Le Président de l’Eglise,

 

 

 

 

 

Rev GOYEK Robert