A l’école de la grâce et de la connaissance du Seigneur Jésus Christ

« Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de nôtre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ».  

2Pierre 3 : 18

Les termes : la grâce et la connaissance de notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ constituent la véritable ressource et même la sauvegarde du chrétien. Pendant que le chrétien perd le goût d’avancer avec Dieu en s’affectionnant aux choses comme les loisirs, la mauvaise camaraderie, ou même les activités qui l’absorbent, la grâce de Dieu, elle, le rapproche de Lui, l’affermit et l’encourage à Le connaître davantage.

Le chrétien est donc interpelé à se mettre à l’école de la grâce et de la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Dieu nous a accordé la grâce de faire partie de sa famille, d’être héritier de son royaume et ainsi de bénéficier de toutes sortes de richesses aux frais de Jésus-Christ. Cette grâce a pour racine notre foi en Jésus-Christ. C’est pourquoi, nous devons croitre par cette racine de la grâce qu’est la foi. Croyons de plus en plus fermement aux promesses de Dieu. Laissons la foi croître dans la plénitude et dans la simplicité.

La grâce de Dieu est pleinement suffisante pour le chrétien, même dans les circonstances les plus éprouvantes (2Cor. 12 : 9-10) ; elle enseigne le chrétien (Tite 2 : 11-12), le fortifie face aux doctrines étrangères (2 Tim. 2 : 1, Héb. 13 : 9).

La bénédiction du chrétien est liée à la connaissance du Seigneur ; s’il s’attache à lire la Parole de Dieu, c’est afin de connaître davantage la personne du Seigneur. C’est ce que David désirait (Ps.27 : 4), ainsi que l’apôtre Paul (Phil. 3 : 10).

Demandons au Seigneur que notre foi puisse être accrue, plus intense, plus pratique, influençant chaque pensée, mot, et action. Puisse le Saint-Esprit nous permettre de grandir dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur. Celui qui ne grandit pas dans la connaissance de Jésus, refuse d’être béni. Le connaître Lui-même c’est la vie éternelle, et avancer dans Sa connaissance revient à augmenter notre bonheur.

Si vous ne désirez pas mieux le connaître, alors vous ne l’aimez pas, car l’amour crie sans cesse, plus près, plus près et encore plus près. L’absence de Christ, c’est l’enfer; mais la présence de Jésus c’est le ciel.

 Alors ne reste pas satisfait sans une connaissance croissante de Jésus. Cherche à en savoir plus sur sa nature divine, dans son rapport humain, dans son travail accompli, dans sa mort, dans sa résurrection, dans sa glorieuse intercession présente, et dans sa future venue, en tant que Roi. Demeures fort par la Croix, et recherches le mystère de ses blessures.

Une augmentation de l’amour de Jésus, et une approche plus parfaite de cet amour à notre égard sont une des meilleures preuves de croissance dans la grâce.

Allez au trône de la grâce et souvenez-vous que la grâce, ce sont les richesses de Dieu aux frais de Christ.

 Bonne semaine en Jésus

Valentin MAKOMRA

Camp Biblique de la Region de Ydé_ Kribi 2012

PREMIERE EDITION DU CAMP BIBLIQUE DE LA REGION DE YAOUNDE

: AU CENAJES DE KRIBI
QUAND: du 27 mars au 01 Avril 2012
THEME : Afin que tu sois utile 1Corinthiens 12 : 7
RESERVATION : Tous ceux qui voudront prendre part à ce camp sont priés d’envoyer leur identité (nom, N°Tel , ville) à l’adresse : jceflc@yahoo.fr pour pré-inscription.
FRAIS DE PARTICIPATION : 3500 f CFA
SOUTIEN : Tous ceux qui voudraient bien soutenir ce camp en vue de son bon déroulement peuvent signifier leur engagement à l’adresse jceflc@yahoo.fr ou prendre contact avec le Président de la Région des jeunes de Yaoundé ; le frère Aminou Aoudi au N° Tel : 79395644.

CONCOURS : En s’inspirant du thème du Camp, Il sera retenu le meilleur Hymne pour le  Camp. C’est lancé ! Delai : 05 mars 2012 à l’adresse jceflc@yahoo.fr.

Concours d’entrée au cycle de Baccalauréeat en Théologie à Institut Supérieur de Théologie de Kaélé (ISTK) !

Communiqué

L’Institut Supérieur de Théologie de Kaélé du Cameroun, lance un recrutement de 25 étudiants pour le cycle de Baccalauréat en Théologie pour l’année académique 2012-2013.

Ce concours est ouvert aux :

  • Candidats laïcs voulant servir comme Pasteurs et titulaires au moins d’un BEPC;
  • Candidats catéchistes ou évangélistes ayant une bonne expérience et ayant au moins le niveau de la classe de 3ème et formés dans une École Biblique.

Les candidats doivent satisfaire aux qualifications spirituelles conformément aux recommandations de l’Apôtre Paul dans 1ti.3 :1-7  et Tt 1 :5-9.

La durée de la formation est de quatre années. Les consistoires doivent s’engager à soutenir leurs candidats d’une manière ou d’une autre. Les candidats qui seront admis à l’issue du concours sont avertis qu’il leur sera demandé de payer leur logement.

Le dossier de candidature est constitué des pièces suivantes :

1-      Une demande manuscrite d’inscription adressée à M. le Directeur de l’Institut,

2-      Une lettre de recommandation du Pasteur et du Président du consistoire pour les candidats de l’EFLC et l’EFLT ou du chef d’Église ou de la personne habilitée pour les candidats des autres Églises sœurs; recommandation envoyée sous pli fermé,

3-      Un bref témoignage personnel d’appel,

4-      Une photocopie de l’acte de naissance et de l’acte de mariage pour les mariés,

5-      Une photocopie certifiée conforme du diplôme,

6-      Une photocopie du diplôme de l’école biblique pour les candidats catéchistes ou évangélistes,

7-      Un certificat médical datant de moins de trois mois,

8-      Une somme non remboursable de 10.000Fcfa pour les frais de concours.

Le dossier complet est attendu au plus tard le 15 Avril 2012 et doit être déposé à la direction de l’Institut à Kaélé. Le concours est prévu le 17 Avril 2012. Livée à Djidoma/kaélé est prévue le 16 Avril.

Le concours portera sur les matières suivantes : Français (Dictée-Questions), Dissertation et connaissance biblique.

Le Directeur

Rev Dr Samuel DAWAI

Dieu notre justice

« …Et voici le nom dont on l’appellera : L’Éternel notre justice »                                            Jérémie 23 : 6

Quand le chrétien pense à la justice parfaite de Christ, cela produit toujours en lui le plus grand calme, la tranquillité, le bien-être et la paix. Combien de fois  nous, les chrétiens,  sommes  abattus et tristes face aux oppressions de la société ! Je ne pense pas qu’il devrait en être ainsi chez nous,  Je ne pense pas que nous le serions  si nous pouvions toujours voir notre perfection en Christ. Certains sont toujours à parler de la corruption et de la perversité du cœur, et de la méchanceté innée de l’âme. C’est tout à fait vrai, mais pourquoi ne pas aller un peu plus loin, et se souvenir que nous sommes parfaits en Jésus-Christ. Ce n’est pas étonnant que ceux qui demeurent sur la vision de leur propre corruption soient en train d’afficher un tel spectacle d’abattement.

Mais si nous nous rappelons que Christ est fait pour notre justice, nous serons de bonne humeur. Qu’importe que la détresse m’afflige, ou que Satan m’assaille, qu’importe qu’il y ait encore bien des choses à expérimenter avant d’être au Ciel, toutes ont été faites pour moi dans l’alliance de la grâce divine. Rien ne manque dans mon Seigneur. Christ a tout fait.

Sur la croix il a dit: Tout est accompli! Et si tout est accompli, alors je suis parfait en lui, et je peux me réjouir d’une joie ineffable et glorieuse! Non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi. Vous ne trouverez pas de ce côté du ciel un peuple plus saint que celui dont les membres ont reçu dans leurs cœurs la doctrine de la justification par la foi en Christ.

Quand le chrétien déclare : Je vis par Christ lui seul, je me repose uniquement sur lui par le salut, et je crois que, malgré mon indignité je suis pourtant sauvé en Jésus, alors s’élève de mon cœur un motif de gratitude, cette pensée qui me pousse à dire : Ne vivrais-je pas pour Christ ? Ne l’aimerais-je pas, et ne le servirais-je pas sachant que je suis sauvé par ses mérites? L’amour de Christ nous contraint, afin que ceux qui vivent ne devraient par conséquent plus vivre pour eux-mêmes mais pour celui qui est mort pour eux. Si donc nous sommes sauvés parce que la justice nous est imputée, nous évaluerons ou considérerons largement ce que la justice nous enseigne.

Valentin Makomra adapté de Spurgeon

Examiner ses oeuvres pour vaincre le vieil homme et conserver l’homme nouveau

Texte de base :

Gal. 6/4 « Que chacun examine ses propres œuvres, et alors il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui ».                                               

Galates 5/16-23 : les œuvres de la chair et de l’Esprit.

I.            COMMENT VAINCRE LE VIEL HOMME ?

Deutéronome est le récit de la Loi et des œuvres de Dieu au sein du peuple d’Israël. En Deut. 11:1-8, Moïse parle aux anciens des Israélites qui étaient des enfants 40 ans auparavant, alors qu’Israël refusait d’entrer dans le pays de Canaan. « Car vos yeux ont vu toutes les grandes choses que l’Eternel a faites. Ainsi, vous observerez tous les commandements que je vous prescris… » (Versets 7 et 8). Disons « chaque (parole) ». Il ne s’agit pas que des Dix Commandements, mais de chaque parole « que je vous prescris aujourd’hui, afin que vous ayez la force… « . Ecrivez-le dans votre Bible : la force nous est donnée lorsque nous obéissons. Une vie d’obéissance à Dieu éloigne les attaques sataniques. On est en mesure de dire à Dieu :  » Dieu, me voici, je suis pur devant toi « . On se sent grand !! L’un des meilleurs moyens de s’en sortir quand les difficultés vous assaillent est de se mettre à corps perdu au service des autres.

Le mot guerre vient de la phrase ‘confusion menant au conflit’.

Laissez la confusion apparaître dans un groupe des jeunes ou à l’Eglise, elle la divisera. Si on néglige le problème, les conflits éclatent et les gens deviennent les instruments de satan, se livrant entre eux aux combats spirituels. Jean 10:10 « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire… ». Le diable essaie de tuer l’esprit de Dieu en nous, ainsi que notre relation avec nos frères et sœurs, et notre relation avec Dieu. Il essaie de nous détruire pour gagner la bataille.

Paul dit en 1 Cor. 10:11, que les choses qui sont arrivées à Israël, « leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. » Lorsqu’on commence à lire l’Ancien Testament, on n’y lit pas seulement l’histoire d’Israël ou de Juda. On y lit les choses naturelles qui nous permettent de tirer des leçons spirituelles pour vaincre et anéantir le pouvoir de satan.

Ayez à l’esprit qu’à l’origine, la signification du mot guerre est la confusion. La guerre se prépare. La stratégie de satan est d’amener à la confusion concernant Dieu, Sa Parole, Ses promesses, l’église, nos dirigeants, nos propres attentes, et à propos de satan lui-même. Si sa stratégie réussit, satan commence à gagner la bataille. Quand le diable s’immisce dans nos vies et attaque, si nous nous rabattons sur des réponses naturelles sans aller immédiatement à la Parole, c’est alors qu’on peut savoir que nous sommes dans la confusion. Prenez les précautions qu’il faut, mais surtout, confessez ce que la Parole de Dieu dit.

Satan veut remplacer notre amour pour Dieu, notre respect de Dieu, et notre foi en Lui par la confusion et la lutte. Notre défense contre sa stratégie est de bien comprendre quelles sont les intentions de satan envers nous, et quelles sont les intentions de Jésus Christ envers nous.

Le travail du diable est de « dérober, égorger et détruire ».

Les intentions de Jésus envers nous sont que nous ayons la vie en abondance. Nous devons nous en rappeler à chaque fois qu’un combat commence. A chaque fois que l’on commence à se sentir tourmenté, nous savons que satan nous attaque.

a)      Nous apprenons comment gagner

En Deut. 11:1-8, Dieu dit à Israël comment triompher et  » prendre possession « . Remarquez qu’Il ne commence pas par leur dire comment vaincre le diable. Il dit en verset 1 : (1) tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, et (2) vis une vie d’obéissance à Dieu en permanence. Ce sont les deux grands secrets d’un combat spirituel. Cela n’est pas simple, mais c’est de là que tout part. Si votre vie n’est pas droite, le diable peut venir pour vous condamner, mais si vous êtes bien fondés en Dieu vous pouvez être sans crainte !

Le premier pas pour réussir à abattre les  » forteresses  » de satan est d’avoir une bonne relation avec Dieu.

Remarquez la progression de l’instruction de Dieu à Israël en Deut. 11:1, « Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, et tu observeras toujours ses préceptes, ses lois, ses ordonnances et ses commandements. » Ensuite Il leur rappelle Sa fidélité envers eux par le passé (versets 2-7). Les accomplissements passés inspirent la foi pour le futur ! Dieu leur dit :  » Je l’ai fait avant et je peux le refaire. » Nous avons besoin de savoir que Dieu l’a déjà fait avant. A chaque génération ceux qui aimaient et servaient vraiment Dieu ont découvert qu’Il est fidèle. Nous sommes dans les liens de ce qui n’échoue jamais !

b)      La carte routière des bénédictions et de la victoire

« Ainsi, vous observerez tous les commandements que je vous prescris aujourd’hui, afin que vous ayez la force de vous emparer du pays où vous allez passer pour en prendre possession. » (Deut. 11:8)

  1. « Observerez tous les commandements (paroles) ». C’est-à-dire soyez obéissants.
  2. « …afin que vous ayez la force. » Cela parle de l’attitude. La force et le succès sont des attitudes.

La principale qualité des gens qui accomplissent de grandes choses dans le monde n’est ni leur aptitude intellectuelle, ni leur réussite universitaire, ou encore la somme d’argent avec laquelle ils commencent leur œuvre, c’est leur détermination qui dit,  » qu’advienne que pourra, je n’abandonnerai pas. »

  1. « … de vous emparer. » C’est une action !
  2. « … du pays où vous allez passer pour en prendre possession. » C’est le résultat final.

Deut. 31:6-8 parle de l’attitude qui rend victorieux. Moïse dît à Israël :  » Fortifie-toi et prends courage! «  Vous n’êtes préparé de façon adéquate pour aller à l’encontre du diable que dès le moment où vous prenez la décision que Dieu veut votre victoire. Dieu ne nous a pas crées « perdants » ! Nous sommes Ses enfants. Le diable peut bien nous troubler, mais nous vaincrons.

c)       Comment cette victoire est-elle possible?

« …Car l’ÉTERNEL, ton Dieu, marchera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point. »(Deut. 31:6).

La part de Josué : « et c’est toi qui les en mettras en possession. » En tant que guide, il faut inspirer notre peuple à croire qu’il peut vivre victorieux. Notre peuple affronte le diable chaque semaine au travail, à l’école ou à la maison. Il ne doit pas quitter l’église l’esprit perdant. Nous sommes des vainqueurs !

Il en va du spirituel comme du naturel : de bons dirigeants des jeunes et une vie dans l’obéissance amèneront la victoire plus rapidement lors de nos combats spirituels. Ayez la foi, Dieu ne va pas nous abandonner. Ne vous effrayez pas (ne soyez pas abattus). Dans la langue grecque du Nouveau Testament, le mot ‘effraie’ signifie ‘abattu’. Le diable veut que l’on soit abattu.

Jésus est notre exemple : dans Sa lutte avec satan, Jésus n’a pas exercé le pouvoir divin.

  1. Il utilisa ce qui est notre arme, la Parole de Dieu (Luc 4:1-13).
  2. Il chassa des démons  » par l’Esprit de Dieu. » (Matthieu 12:28)

Remarquez l’association divine de la Parole et de l’Esprit. Par la même association, la création a eu lieu au commencement, l’Esprit se mouvait au-dessus des eaux, mais rien ne se produit avant que Dieu ne prononce la Parole.

d)      La puissance du Saint-Esprit dans nos vies (1 Cor. 2:1-5). Paul ne se reposait pas sur des paroles de sagesse, sur son intelligence ou sur une réussite universitaire. Il s’appuyait sur la démonstration et la puissance du Saint-Esprit. Nous aussi, nous devons posséder la personne, la puissance, et la révélation du Saint-Esprit.

Enfin, notre pouvoir sur satan est amorcé par notre lien avec Jésus ! Jésus a dit à Ses disciples « Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez… » (Matthieu 28:18,19). Ils pouvaient avancer et faire des disciples hors du royaume de satan parce qu’ils avaient une relation avec Celui qui a toute l’autorité au Ciel et sur la terre, ainsi que sur satan ! Dieu est prêt à punir « …toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète. » (2 Cor. 10:3-6)

 II.            COMMENT CONSERVER LA VICTOIRE ?

« Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin… » (Ephésiens 6:16)

Quand nous sommes fondés sur la Parole positive de Dieu, nous ne laissons pas le doute s’infiltrer dans nos pensées pour affaiblir Sa puissance dans notre vie.

Au lieu de confesser des difficultés ou d’abandonner, nous confessons la Parole de Dieu, sans tenir compte des circonstances. Lorsque nous confessons quelque chose, nos paroles sont en complète harmonie avec ce que nous croyons, elles en sont le miroir (Romains 10:9).

Voici une liste de 12 situations dans lesquelles les personnes remplies de l’Esprit-Saint ne doivent jamais abandonner. Nous avons été dotés d’une armure pour résister aux flèches enflammées du doute. Utilisons-la.

MA LISTE DE  » PLUS JAMAIS « 

  • Premièrement : Plus jamais je ne dirai :  » je ne peux pas  » car  » je puis tout par Christ qui me fortifie « (Philippiens 4:13).
  • Deuxièmement : Plus jamais je ne confesserai un manque quelconque car  » Mon Dieu pourvoira à tous mes besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ  » (Philippiens 4:19).
  • Troisièmement : Plus jamais je ne confesserai la peur car  » Dieu ne m’a pas donné un esprit de timidité, mais un esprit de force, d’amour, et de sagesse  » (2 Timothée 1:7).
  • Quatrièmement : Plus jamais je ne confesserai le doute et le manque de foi car  » Dieu a donné à chaque homme une mesure de foi  » (Romains 12:3 Ephésiens 4:7).
  • Cinquièmement : Plus jamais je ne confesserai la faiblesse car  » Le Seigneur est le soutien de ma vie  » (Psaume 27:1) et  » ceux du peuple qui connaîtront leur Dieu agiront avec fermeté  » (Daniel 11:32).
  • Sixièmement : Plus jamais je ne confesserai la suprématie de satan sur ma vie car  » Celui qui est en moi est plus grand que celui qui est dans le monde  » (1 Jean 4:4).
  • Septièmement : Plus jamais je ne confesserai la défaite car  » Dieu m’apporte toujours le triomphe en Jésus-Christ « (2 Corinthiens 2:14).
  • Huitièmement : Plus jamais je ne confesserai le manque de sagesse car  » Jésus-Christ est fait en nous sagesse divine  » (1 Corinthiens 1:30).
  • Neuvièmement : Plus jamais je ne confesserai la maladie car  » Par Ses meurtrissures je suis guéri  » (Esaïe 53:5) et » Jésus lui-même prend mes infirmités et porte mes maladies  » (Matthieu 8:17).
  • Dixièmement : Plus jamais je ne confesserai des ennuis et des frustrations car  » je me décharge sur lui de tous mes soucis, car lui-même prend soin de moi  » (1 Pierre 5:7). En Christ, je suis  » sans souci « !
  • Onzièmement : Plus jamais je ne confesserai l’asservissement car « Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté  » (2 Corinthiens 3:17). Mon corps est le temple du Saint-Esprit.
  • Douzièmement : Plus jamais je ne confesserai la condamnation car  » Il n’y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ  » (Romains 8:1). Je suis en Christ, donc je suis libéré de la condamnation.

Etat d’un chrétien heureux et malheureux

UN CHRETIEN HEUREUX…

UN CHRETIEN MALHEUREUX…

vit avec « l’assurance de son salut » et sait qu’il est « né de nouveau » (Jean 3:3)

n’a pas la certitude d’être pardonné de ses péchés ni d’être sauvé

connaît Dieu comme un Père, il est Son enfant et Son héritier (comprend sa relation avec Dieu) (1 Jean 3:1-2)

connaît Dieu comme un Père, il est Son enfant et Son héritier (comprend sa relation avec Dieu) (1 Jn 3:1-2)

sait que Dieu a planifié sa vie, est prêt à accepter le dessein de Dieu (Ephésiens 2:10)

planifie et mène sa vie selon ses propres desseins et pensées

croit et se fie à Dieu (Hébreux 11:1,6), « se décharge sur lui de tous ses soucis » (1 Pierre 5:7)

doute, a peu de foi, ne se fie pas à Dieu, porte lui-même ses soucis

prie régulièrement, « persévère dans la prière »(COL. 4:2) même si pas « d’humeur » à le faire

prie peu, selon son humeur et ses sentiments

voit Jésus comme étant son Seigneur ; cherche et fait la volonté de Dieu : « recherche premièrement le royaume de Dieu » (Matthieu 6:33)

voit Jésus uniquement en tant que sauveur, se complaît dans son amour-propre, dans sa propre volonté, dans ses intérêts propres et dans ses loisirs

résiste aux pensées impures et négatives, aux imaginations, évite les sujets et les représentations impures (Jacques 4:7)

laisse place à des pensées, des imaginations, des lectures, des images et des représentations impures (1 Jean 2:16)

se nourrit régulièrement de la Parole de Dieu (Mtt. 4:4)

lit peu et de façon irrégulière la Parole de Dieu

est guidé par le Saint-Esprit, est obéissant à la Parole de Dieu

attriste le Saint-Esprit (Ephésiens 4:30), n’obéit pas aux écritures

prend toute chose comme venant de la main de Dieu, (Rom. 8:28) ; est reconnaissant en toutes choses (1 Thess. 5:18) ; vit dans la louange et l’adoration (Psaume 34:2-4)

ne voit pas la main de Dieu en toutes circonstances, vit sans gratitude, sans louange et sans adoration

prend part à la vie de l’assemblée et au culte de Dieu, « n’abandonne pas son assemblée »(Héb. 10:25)

n’est qu’occasionnellement présent dans l’assemblée et au culte de Dieu

confesse ouvertement Jésus, profite de chaque occasion pour donner des témoignages (Mtt. 10:32)

cache sa foi, ne parle pas de Jésus, ne donne pas de témoignage (Marc 16:15)

est calme devant Dieu, écoute Sa voix (PS. 37:7)

ne donne pas à Dieu la possibilité de lui parler

reconnaît l’autorité, et s’y soumet volontairement (Hébreux 13:17)

refuse l’autorité, sa soumission n´est qu’apparente

a la crainte de Dieu, plaît à Dieu, recherche la gloire de Dieu (Galates 1:10)

vit dans la crainte des hommes, plaît aux hommes et recherche sa propre gloire

a pardonné et vit dans le pardon (Matthieu 6:14-15)

ne cherche pas à se réconcilier, ne pardonne pas, vit dans la rancune et l’amertume, n’a pas la paix (Eph. 4:31)

est honnête, exact et consciencieux dans les affaires d’argent, généreux, et donne la dîme (Luc 6:38)

est négligent dans les affaires d’argent, donne avec regret, est avare, « s’amasse des trésors sur la terre » (Mtt. 6:19)

est fidèle dans les petites choses, digne de confiance, soigneux, ponctuel et ordonné (Lc. 16:10)

est négligent dans les petites choses, dans son travail, se laisse aller (2 Thess. 3:11)

vit de façon ouverte, ne cache rien, et se confesse aux autres (1 Jean 1:7)

n’est pas franc, cache les choses, a des secrets, ne se confesse pas aux autres

exerce la liberté dans l’Esprit, vit par la grâce et la puissance de Dieu, se repose en Dieu (Romains 3:28 ; Hébreux 4:10)

est sous la loi, vit de sa propre force, de ses œuvres, de ses ambitions et de ses propres capacités (Galates 5:1)

confesse à Dieu ses faiblesses et ses défaites, reçoit le pardon (1 Jean 1:9)

reste sur ses défaites, traîne ses faiblesses avec lui, ne se confie pas à Dieu

s’efforce de réparer les injustices qu’il a commises, ses fautes (LUC 19:8)

n’essaie pas de réparer les injustices qu’il a commises, ses vols, etc.

mène une vie conséquente, sans compromis avec le monde, se sépare des mauvaises relations, livres, disques et « idoles », etc. (2 Corinthiens 6:14)

a un style de vie sans principe, aime le monde, « cloche des deux côtés », est « tolérant » vis-à-vis du péché, des « idoles », etc. (1 Rois 18:21)

se laisse enseigner, accepte les conseils, est désireux d’apprendre, « renouvelle son intelligence »(Rom. 12:2)

ne se laisse pas enseigner, est têtu, tient à sa propre opinion, à ses préjugés et aux dogmes charnels

rend la justice, est compréhensif, patient, miséricordieux ; il ne juge pas (Colossiens 3:12)

insiste sur les « droits », est susceptible, rancunier, sévère, s’emporte et se vexe facilement, juge (Romains 2:1)

se sait aimé et estimé de Dieu, s’accepte, voit les choses à la manière de Dieu (1 Jean 4:10)

n’arrive pas à s’accepter lui-même, se sent mal-aimé, inférieur, voit seulement les dons des autres et pas les siens, a une façon charnelle de voir les choses

tient sa langue, parle de façon amicale et encourageante (Proverbes 16:24)

parle inconsidérément, dénigre, critique, pratique l’ironie et la médisance (Prov. 18:20-21)

est discipliné, travailleur, plein de mesure, a le sens du sacrifice, est de bonne volonté

est guidé par ses sentiments et ses désirs, aime consommer, est paresseux, sans mesure, inconstant (Romains 13:13)

est sympathique, serviable, aime le contact et les conversations avec les autres, aime la compagnie (Jean 13:34)

est tourné vers lui-même, est solitaire, s’isole, est indifférent à la compagnie et aux relations avec les autres (Proverbes 18:1)

rompt avec les péchés après les avoir reconnus, résiste, et adopte une attitude nouvelle (Prov. 28:13)

n’est pas sérieusement prêt à rompre avec ses mauvaises habitudes et ses manies

prend des responsabilités, est prêt à s’impliquer et à servir (Matthieu 20:26)

fuit les responsabilités, évite de s’impliquer et de servir

cherche Dieu aussi en jeûnant, surtout avant les décisions, les discussions et les discours importants (Luc 5:33)

ne jeûne pas, même en période de tiédeur spirituelle, d’affaiblissement, d’incertitude, de faiblesse et de fatigue en prière

 Rev Ngabana

Vivre en Christ

« Car Christ est ma vie » .    

Philippiens  1:21

 En faite, le chrétien ou la chrétienne ne l’a pas toujours été.  Il a commencé à l’être quand Dieu, par le Saint-Esprit, l’a convaincu de son état  de péché et  que  par la grâce de Dieu, il a été amené à confesser  Jésus-Christ qui est mort à cause de ses péchés comme son Seigneur et  Sauveur  personnel.   Dès sa nouvelle naissance l’homme commence à vivre en Christ.  Jésus est pour les chrétiens  une perle de grand prix, pour laquelle nous sommes disposés à renoncer à tout ce que nous avons.

En tant que Chrétiens, nous devons vivre pour sa gloire, et nous devons être disposés à mourir pour la cause de son Évangile. Il est le modèle de notre vie, et le modèle sur lequel nous devrions sculpter notre personnage.

Ces paroles de Paul  « Christ est ma vie » ont plus de signification que ne le pensent plusieurs ; elles impliquent que le but et la fin de sa vie soient Christ. Jésus était son souffle, l’âme de son âme, le cœur de son cœur, la vie de sa vie.

Alors bien aimé(e) peus-tu dire, en tant que chrétien, que tu vis avec cette idée? Peux-tu dire honnêtement : Vivre, c’est Christ ?  Tes affaires, sont-elles traitées pour Christ ? Ne sont elles pas surtout traitées pour ta propre croissance et pour les avantages de ta famille?

Quand l’homme professe vivre pour Christ,  comment peut-il vivre pour un autre but sans s’engager dans un adultère spirituel ? Par ces propos l’apôtre Paul  nous montra comment il a mangé, bu, et dormi vers la vie éternelle.  C’est ce qui représente la vie d’un vrai chrétien : sa source, sa subsistance, sa façon de vivre, sa fin en  toutes choses : Tout est rassemblé en un mot: Christ-Jésus.

Puisse le Seigneur nous permettre de vivre seulement en Lui et pour Lui.
Excellente semaine en Jesus!

 Adèle & Valentin Makomra