Rachetons le temps

 « Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C’est pourquoi, ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur » 

Eph 5 :15-17 

Souvent, face aux épreuves, nous sommes  poussés à réexaminer nos voies et à faire un bilan de notre vie dans le but d’arriver en vainqueur au terme de notre vie terrestre. Pour parvenir à une fin de vie chrétienne victorieuse et qui glorifie le Seigneur, il est important de garder nos priorités à leur place, de ne pas gaspiller notre temps. Le Seigneur veut que nous vivions en personnes sages, non comme des insensés, comme le Psalmiste le souhaite lorsqu’il demande au Seigneur : « Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse » (Ps 90 :12).

Réalisons que la fin de notre vie peut survenir à n’importe quel moment. Que cette pensée nous conduise à avoir plus de sagesse quant à la gestion de notre vie. C’est pourquoi, mettons en profit tous ces temps d’attente qui nous accompagnent dans notre vie. Même pendant nos moments de maladies, de rendez-vous, ou encore en d’autres occasions où il s’agit de patienter, pourquoi ne pas utiliser ce temps pour lire la Bible, mémoriser un verset ou encore prier en faveur d’une personne que le Seigneur mettra sur notre cœur, au lieu d’attendre que ce moment un peu désagréable passe.

Ainsi, nos périodes d’attente ne seraient plus des temps d’incertitude et d’indécision qui nous laissent souvent si anxieux et frustrés. Il serait tellement préférable que chacun de nous saisissent les occasions que Dieu lui donne pour prier, plutôt que de s’énerver et de perdre patience au sujet des obstacles qui viennent entraver sa route.

La fin glorieuse de notre Seigneur Jésus-Christ n’est-elle pas un exemple pour nous ? De même Dieu a préparé une fin victorieuse pour chaque chrétien. C’est la raison pour laquelle il est si important de ranimer en nous la flamme et la détermination d’accomplir la pensée de Dieu dans chaque domaine de notre existence.

Il est évident que bien commencer notre vie chrétienne est capital, mais bien la terminer est encore plus important ! Appliquons-nous quotidiennement à rester fidèles au Seigneur. Garder notre cœur pur dans ce monde impur doit-être notre priorité. Prenons du temps pour nous nourrir de cette précieuse Parole divine en restant dans l’espérance que le Seigneur Jésus nous dira : «C’est bien, bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de chose, je te confirai beaucoup ; entre dans la joie de ton Maître (Matth, 25 :21).

Nous avons commencé avec Jésus et nous voulons finir avec lui. Qu’il soit le premier et le dernier dans notre existence et que rien d’autre ne prime sur notre amour pour Lui, c’est ainsi que nous pourrons entrer avec joie en Sa Présence, lorsque l’heure de notre départ vers lui aura sonné.

Excellente semaine en Jésus et que Dieu vous bénisse.

Valentin MAKOMRA

Marcher dans la volonté parfaite de Dieu

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. »

Romains 12 : 2 

 La maturité spirituelle pour un enfant de Dieu  se définit en sa capacité à discerner et à marcher selon la parfaite volonté de Dieu. Au travers de ce passage, nous nous intéresserons particulièrement aux trois mots : bon, agréable et parfait.

 Dans la version française, Nous sommes habitués à entendre : discerner la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait  mais les anglophones  eux, sont habitués à entendre : discerner la bonne, agréable et parfaite volonté de Dieu.

 Nous avons dans la première version presque une définition, ou un critère de ce qu’est la volonté de Dieu, c’est à dire : ce qui est bon, agréable et parfait. Et la deuxième version qualifie la volonté de Dieu, celle-ci est bonne, agréable et parfaite, ce sont ses caractéristiques.  Dans d’autres versions encore, on a note : ce qui est bon aux yeux de Dieu, ce qui est agréable c’est-à-dire qui plait à Dieu.

 Le mot bon, dans la conception humaine est généralement associé  à l’idée de norme, de règle,  d’obéissance,  de vertu et même de bonheur. Le bon comporte aussi l’idée de conformité car une chose bonne est conforme à ce que l’on attend. Le bon a donc un objectif, un but.  Ainsi, nous pouvons dire que ce qui est bon n’existe pas comme ça dans l’absolu, il existe en fonction d’une volonté, d’un objectif, d’un but ou d’une destination.

Lorsque nous prenons comme  exemple,  la mission évangélique que l’Apôtre Paul voulait accomplir en Asie et que l’Esprit de Dieu l’empêcha d’y aller (Actes 16 :6), on pourrait se dire comment est-ce possible puisque c’est bon et c’est d’ailleurs la mission par excellence qui nous est confiée en tant que chrétien. Mais en ce moment là, Dieu avait un plan différent pour lui.

La volonté de Dieu n’est pas un code, un ensemble de règlements, de lois, de coutumes, mais bien un objectif, un but, une destination qu’il voudrait voir être réalisé.

Le deuxième mot agréable veut dire cela  plait, cela convient. Plaire à Dieu, convenir à Dieu. Il n’est pas question de discerner ce qui est agréable à nous, ce qui nous convient, ce qui correspond à nos attentes ou qui satisfait nos attentes mais celles de Dieu.

Le troisième mot parfait veut dire aussi complet, terminé, accompli. Ce qui était le but  est atteint. Il n’y a rien à ajouter. La perfection de Dieu au-delà de ses œuvres se trouve dans son amour sans limite, sans réserve. Sur la croix à Golgotha, nous avons le témoignage de ce que cet amour est complet, total et accompli.

Dieu dans son amour, parle à chacun spécifiquement pour nous orienter dans sa volonté parfaite. Nous sommes donc appelés à comprendre, à discerner la voix de Dieu par la sagesse qu’il a mis en nous, son Esprit qui est en nous afin de saisir ce qui Lui est bon, agréable et parfait.

Excellente semaine en Jésus et que Dieu vous bénisse.

Paul BONABE